Vous avez dit culture ?

Réflexions autour de la culture scientifique
et autres idées à partager.

Les « TIC » mettent-elles en danger le métier de médiateur ?

Au terme d’une journée professionnelle intitulée « médiation et nouvelles technologies »,  arrive la question : ces nouvelles technologies (les TIC*) ne vont-elles pas se substituer au médiateur scientifique et mettre en danger la profession ?

Bien sur si l’on considère qu’un CCSTI** a pour vocation de transmettre de l’information scientifique, on serait en droit de s’attendre à une vague de chômage provoquée par l’arrivée des TIC. Il suffit de « se connecter » pour avoir la même information et plus encore.

Livre

Si la mission d’un centre de culture scientifique est  la mise en débat des connaissances et leur appropriation, un médiateur est plus difficilement remplaçable. Quelles travail attend-on d’un médiateur ? Par exemple la conception d’expositions, d’ateliers, de visites guidées, et leur réalisation concrète.

Le médiateur est donc (ou censé être) imprégné du sujet traité par l’outil de médiation, sans tout savoir sur le sujet. Il sait pourquoi le sujet est traité, le propos développé. C’est le point de vue d’une exposition par exemple. Un choix fait par les concepteurs qui résulte d’un cheminement intellectuel à la base duquel se trouve des connaissances brutes.

Quelque soit l’outil, ce point de vue, ce choix source de débat, ne peut être (jusqu’à présent) conçu que par un cerveau humain, et de préférence plusieurs cerveaux, non remplaçables par une batterie d’ordinateur  (Cela fait un peu peur d’imaginer un futur où ce serait possible…).

Les TIC ne sont pas source de sens en elles-mêmes, ce sont des outils. Mais cela n’empêche qu’ils peuvent participer à donner du sens. Et c’est là toute la difficulté : utiliser un média non pas parce que c’est la mode, mais parce que son emploi fait sens.

Si on pense pouvoir remplacer une visite guidée par exemple, par un écran et un logiciel, je pense que l’on fait aussi fausse route. Car se serait nier la complexité des relations humaines. Être face à un ordinateur même si l’on « interagit », est beaucoup moins riche (et beaucoup moins sympathique) que de converser avec un autre être humain, si tant est que ce dernier a des choses à dire ;-). Non l’homme ne sera pas encore remplacé par la machine !

Effectivement on peut aussi expérimenter pour s’approprier ces outils, et « voir ce que ça donne », sans avoir une démarche aboutit. Cela peut donner des idées. Mais poser la question de la « remplaçabilité » du médiateur par les TIC c’est pour moi, avoir mal compris le métier de médiateur, et donner aux technologies plus de pourvoir qu’elles n’en ont.

* Technologies de l’information et de la communication : regroupent les techniques utilisées dans le traitement et la transmission des informations, principalement de l’informatique, de l’Internet et des télécommunications.

** Centre de culture scientifique technique et industrielle

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté·e pour rédiger un commentaire.